Just to prove it’s not all fun

Looking back over the last few posts, I realise that you may well be under the impression that we do nothing but go out and enjoy ourselves. So, to redress the balance, here are a few of the things we’ve achieved over the past couple of weeks; building a pump housing for the pool, teak oiling the balcony, redecorating Kieran’s room for when Izzy arrives, building and fitting a door frame for the upstairs, sanding the downstairs plasterboard joints and redecorating the debarras, as well as innumerable other little, everyday tasks, such as tying up the 85 tomato plants and general gardening stuff.

We enjoy our life here, but we’re far from idle and no longer believe the myth about retirement being a time for slowing down; we’ve never been busier!

We’re heading off the Harrogate on Monday, to see the Tour de France, so we’ll have to get the house spotless over the weekend, before the house sitters arrive; cleaning’s never been one of my strengths, so that’s a challenge.

It was with horror that I remembered last Thursday morning that we’d volunteered to provide the aperos for Friday’s meal at the cycle club; we made over 200 in total, a selection of pigs in blankets and a variety of toasts, smoked salmon and lemon, boudin noir with apple, sun dried tomato and anchovy, rillettes with cornichons and  foie gras. We’d already taken the back seats out of the car for the trip (we’ve lots of stuff to bring back), so they all fitted in without any trouble.

If anyone hasn’t let me know yet about joining us at the Jinnah on Thursday July 3rd, please get in touch.

En regardant en arrière au cours des derniers blogs, je me rends compte que vous pouvez très bien avoir l’impression que nous ne faisons rien, mais sortir et nous amuser. Donc, pour rétablir l’équilibre, voici quelques-unes des choses que nous avons fait au cours des deux dernières semaines; la construction d’un corps de pompe pour la piscine, traiter le balcon à l’huile de teck, redécorer la chambre de Kieran avant qu’ Izzy arrive, la construction et l’aménagement d’un cadre de porte pour l’étage, le ponçage des joints de plaques de plâtre en bas et redécorer les debarras, ainsi que d’autres petites tâches quotidiennes innombrables , comme attacher les plantes 85 de tomates et jardinage en général.

Nous aimons notre vie ici, mais nous sommes loin d’être inactif et ne croient plus au mythe de la retraite étant un temps de ralentissement; nous n’avons jamais été plus occupés!

Nous allons à Harrogate le lundi, pour voir le Tour de France pendant il passe de notre ville, donc nous devrons faire la maison impeccable sur le week-end, avant les gens arrivent qui s’occuperont la maison, les animaux et le jardin; nettoyage n’a jamais été une de mes forces, donc c’est un défi.

C’etait avec horreur que je me suis souvenu jeudi dernier au matin que nousavions promis fournir les apéros pour le repas de vendredi au club de vélo; nous avons fait plus de 200 au total, une sélection de jambon et prunes et une variété de toasts, saumon fumé et citron, boudin noir aux pommes, tomates séchées et l’anchois, rillettes avec des cornichons et de foie gras. Nous avions déjà enlevé les sièges arrière de la voiture pour le voyage (nous avons beaucoup de choses à ramener), donc elles sont allées dedans  sans aucun problème.

Lorries weekend in Nogaro

One of the biggest, “must see” events in Nogaro’s calendar, according to many, is the weekend of lorry racing. Now I have to say that it’s never particularly appealed to us, but we thought it was about time we tried it. We were busy during the days, so we went to see the parades in the evenings; on Friday the racing lorries parade through the town and on Saturday it’s the turn of the decorated ones.

There were about 20 or 30 lorries parked on the main road through the centre of town on Friday evening; the town centre was closed off to other traffic, but the place was heaving with people looking to meet their heroes and queueing up to get their autographs. There were TV cameras and even a drone taking footage. After an hour or so, the police motorcycles arrived to escort them back to the circuit, as these lorries are too powerful to be driven on public roads in normal circumstances. Engines were started and there was much loud revving; the still, heavy air became thick with fumes as they waited for the signal to move off. When, finally, it came, many of the drivers started spinning their wheels, digging great ruts in the tarmac and causing thick clouds of acrid smoke. But nobody seemed to mind.

On Saturday we went again, this time to see the painted lorries; some of the art work was very impressive. There were 135 cabs in total, filling the entire town centre, which was again mobbed with people. There was no wheel spinning this time, but loud revving of engines seemed to be de rigeur, as was the sounding of huge air horns; the noise was deafening!

Well, we’ve been to see it now; I don’t think we’ll bother again.

Un des plus grands événements dans le calendrier de Nogaro, selon quelques uns, est le week-end de camion de course. Je dois dire que ça n’a jamais particulièrement fait appel à nous, mais nous avons pensé qu’il était temps que nous allons le voir. Nous étions occupés pendant les jours, donc nous sommes allés voir les défilés les soirées; le vendredi etait la défilé des camions de course à travers la ville et le samedi, c’est au tour de ceux décorés.

Il y avait environ 20 ou 30 camions garés sur la route principale qui traverse le centre de la ville le vendredi soir; le centre-ville a été fermé à la circulation, mais l’endroit était bondé avec des gens qui cherchaient à rencontrer leurs héros et faisaient la queue pour obtenir leurs autographes. Après une heure ou deux, les motos de police sont arrivés à les escorter au circuit, comme ces camions sont trop puissant pour être utilisé sur la voie publique dans des circonstances normales. Démarrage des moteurs et il y avait beaucoup de montées en régime fort; la encore, l’air est devenu lourd d’épaisseur avec des fumées pendant qu’ils attendaient le signal pour passer au large. Quand, enfin, il est venu, beaucoup de pilotes ont commencé à tourner leurs roues, creusant de grands ornières dans le tarmac et provoquant d’épais nuages ​​de fumée âcre. Mais personne ne semblait s’en soucier.

Le samedi, nous sommes allés de nouveau, cette fois pour voir les camions peints; une partie de l’œuvre d’art a été très impressionnant. Il y avait 135 cabines au total, le remplissage du centre-ville entière, qui a de nouveau été assailli avec les gens. Il n’y avait pas rouet cette fois, mais la montée en régime fort des moteurs semblait être de rigueur, comme ce fut le sondage d’énormes cornes de l’air; le bruit était assourdissant!

Eh bien, nous avons été le voir maintenant; Je ne pense pas que nous déranger à nouveau.

Course à cocarde, or running away from bulls

The Randonnée Occitane is a series of walks in the South West of France, organised over several weekends in various locations; there are walks arranged for the Saturday and Sunday, and usually a meal on the Saturday evening. It was Nogaro’s turn to host a weekend; we’d been checking out the various routes for the last few Sunday walks and the organisers had arranged entertainment and accommodation for the participants.

There was a guided walk on Saturday, followed by a course à cocarde and a meal on Saturday evening. We had no idea what a course à cocarde was, except that it involved men and cows and would be held in the arènes; we went along and met up with several friends who’d also gone to watch the spectacle.

A team of five men was introduced to the crowd, all dressed in white (not a red cape in sight); then a cow was released from a pen in the end of the arènes. These cows are specially bred for this event; not your average, docile grass eater, but very fast, agile and aggressive beasts; they have a cocarde, a sort of mini bow tie, attached to their head on a piece of elastic, and other ornaments attached to their ears. The aim of the game is to remove the jewellery from the cow, each piece is worth a number of points, with the cocarde scoring highest. Each round lasted 5 minutes, then the next team and a fresh cow would be brought in.

You have to wonder at the sanity of any man who volunteers to run around an enclosed space in the heat, trying to get close enough to an angry cow to remove a bow from her forehead, but there was no shortage of participants. They were all very fast on their feet and well able to leap over the fence around the enclosure when the cow got a little too close for comfort. Nobody got hurt in this mad sport, which was a far cry from the cruelty of the Corrida (bull fighting), which is still practised in this area on occasions.

Once the course was over, it was time to head to the salle des fêtes for a meal. There was an entertainer who played keyboard and accordion; he was actually very good and played an impressive variety of music, getting everybody singing along and dancing between courses. I don’t know what time it finished; we left at midnight as Nick had to be up at 5am to go cycling in the hills, and most people were still going strong then.

I was helping with a refreshments stall for the following morning’s walk; even after the exertions of Saturday night, over two hundred walkers turned out for the 15km route, and I don’t know how many did the shorter one.

 

La Randonnée Occitane est une série de promenades dans le Sud Ouest de la France, organisé sur plusieurs week-ends dans différents endroits; il ya des promenades organisées pour le samedi et le dimanche, et normalement un repas le samedi soir. Ce fut au tour de Nogaro d’accueillir un week-end; nous aurions été vérifier sur les différents itinéraires pour les dernières promenades du dimanche et les organisateurs avait organisé le divertissement et l’hébergement des participants.

Il y avait une promenade guidée le samedi, suivi d’un course à cocarde et un repas le samedi soir. Nous n’avions aucune idée de ce qu’est une course à cocarde était, sauf qu’il concerne des hommes et des vaches  et aura lieu dans les arènes; nous y sommes allés et avons rencontré avec plusieurs amis qui avait aussi venus pour regarder le spectacle.

Une équipe de cinq hommes a été présenté à la foule, tous vêtus de blanc (pas une cape rouge en vue); puis une vache a été libéré d’une étable à la fin des arènes. Ces vaches sont spécialement élevés pour cet événement; pas des bètes docile, mais des vaches très rapides, agiles et agressifs; elles ont une cocarde, une sorte de mini noeud papillon, attachés à leur tête avec un morceau d’élastique, et d’autres ornements attachés à leurs oreilles. Le but du jeu est d’enlever les bijoux de la vache, chaque pièce vaut un certain nombre de points, à la cocarde en marquant le plus élevé. Chaque tour a duré 5 minutes, puis la prochaine équipe et une nouvelle vache se sont présentés.

On peut se demander à la santé mentale d’un homme qui se porte volontaire pour courir dans un espace clos dans la chaleur, en essayant de se rapprocher suffisamment à une vache en colère pour supprimer un cocoarde de son front, mais il n’y avait pas de pénurie de participants. Ils étaient tous très vite sur leurs pieds et bien capable de sauter par-dessus la clôture autour de l’enceinte lorsque la vache a devenu un peu trop près pour le confort. Personne n’a été blessé dans ce sport fou, qui était loin de la cruauté de la corrida, qui est encore pratiqué dans cette region de temps en temps.

Une fois le cours terminé, il était temps de se diriger vers la salle des fêtes pour un repas. Il y avait un artiste qui a joué du clavier et de l’accordéon; il est vraiment très bon et a joué une variété impressionnante de la musique, tout le monde se chanter et danser entre les cours. Je ne sais pas à quelle heure il a fini; nous sommes partis à minuit car Nick a dû se lever à 5h du matin pour faire du vélo dans les collines, et la plupart des gens étaient encore très bien alors.

J’aidais avec des ravitaillements pour la marche du lendemain matin; même après les efforts de samedi soir, il y avait plus de deux cents randonneurs qui se sont déplacés pour la route 15 km, et je ne sais pas combien ont fait la route plus courte.

A challenging birthday treat

We decided to walk “la ronde du Pic du Midi d’Ossau” in the Pyrenees for my birthday, but as storms were forecast in the mountains today, we set off very early yesterday morning to make the most of the day. It was a glorious day with temperatures in the high twenties in the hills, so we smothered on the sunscreen before leaving the car park. The walk goes around the Pic du Midi, a distinctive peak, so named because people in the vallée d’Ossau used to use it to tell the time, like a giant sundial. At 17km, it’s not a long walk, but it involves 1000m of climbing, so it’s quite strenuous.

As we set off the path climbed rapidly, but was easy enough walking; however we soon arrived at the snow fields and had to kick footsteps into the snow or tread gently on the snow bridges, under which the melt water was rushing in torrents. That was scary enough, for me anyway, but then we arrived at the boulder scree areas; piles of boulders, from small stones up to rocks over a metre across, jumbled up anyhow, just as they must have fallen from the mountainside above us. We had to scramble over and around them to follow what is a well trodden path; unlike Nick, I’m no mountain goat and I have to admit it wasn’t my favourite part of the day.

It was lunch time when we arrived at the refuge, about half way round, and had our packed lunch in the sunshine, along with a coach load of OAP’s who’d come up the path we should have used for our descent, but there was an alternative path, one that went over a second col, so naturally Nick chose that one.

It was the longest snow field of the day, going up really steeply for what seemed an eternity; though the views from the top were breathtaking, well once I’d got my breath back, anyway. But the sight of the storm clouds massing on the far side of the valley was less inspiring; we headed down as fast as we could, not very fast because it was still very thick snow interspersed with boulder scree so the going was pretty slow, as we listened to the thunder rumbling all around us. At last we came in sight of the river running along the valley bottom and a couple of miles later were back at the car park, the thunder still rumbling, but not a drop of rain.

By the time we got home we’d decided to eat out, so a quick shower and down to Nogaro to the Progres where we bumped into some friends also in search of the best pizza in town. It was a beautiful balmy evening, so we sat out under the parasols; fine until the thunder started to rumble overhead, then the rain started, followed by hailstones and wind, ripping apart the parasols and throwing them into the road. We quickly moved inside, where the noise of the hail was so loud you couldn’t hear yourself think, but within 10 minutes it was over and the sun was shining again.

Challenging, yes, but a day I wouldn’t have missed.

Nous avons décidé de marcher “La Ronde du Pic du Midi d’Ossau” dans les Pyrénées pour mon anniversaire, mais les tempêtes ont été prévues dans les montagnes aujourd’hui, donc nous sommes partis très tôt hier matin pour la journée. C’était un beau jour avec des températures dans les hautes vingtaine dans les collines, nous avons appliqué  la crème solaire avant de quitter le parking. La promenade fait le tour du Pic du Midi, un pic distinctif, ainsi nommé parce que les gens de la vallée d’Ossau l’ont utilisé pour savoir l’heure dans le passé, comme un cadran solaire géant. A 17 km, ce n’est pas une longue marche, mais il y a 1000m de dénivellation, il est donc assez difficile.

Comme nous partons le chemin grimpe rapidement, mais était assez facile comme terrain; mais nous sommes arrivés tôt dans les champs de neige et a dû tirer traces dans la neige ou marcher doucement sur les ponts de neige, en vertu de laquelle l’eau de fonte se précipitait à torrents. C’était assez effrayant, pour moi en tout cas, mais nous sommes arrivés au niveau des zones d’éboulis de rochers; tas de rochers, de petites pierres jusqu’à roches plus d’un mètre à travers, pêle-mêle de toute façon, tout comme ils ont dû tomber de la montagne au-dessus de nous. Nous avons eu à se démener sur et autour d’eux pour suivre ce qui est un chemin bien foulé; contrairement à Nick, je ne suis pas un chèvre de montagne et je dois admettre que ce n’était pas ma partie préférée de la journée.

C’était l’heure du déjeuner quand nous sommes arrivés au refuge, environ un demi-tour, et nous avons mangé notre pique-nique au soleil, avec un grand groupe de retraités qui venait le chemin que nous aurions utilisé pour la descente, mais il y était une voie alternative, qui est allé sur un deuxième col, si naturellement Nick a choisi celui-là.

Il était le plus long champs de neige de la journée, qui montait très forte pour ce qui semblait une éternité; mais les vues du haut étaient à couper le souffle, ainsi une fois que je serais repris mon souffle, de toute façon. Mais la vue des nuages ​​d’orage se massaient de l’autre côté de la vallée était moins inspirant; nous nous sommes dirigés vers le bas aussi vite que nous le pouvions, pas très rapide, car il était encore de la neige très épaisse parsemée de rocher éboulis de sorte que le cours était assez lent, pendant nous écoutions le tonnerre gronde tout autour de nous. Enfin nous sommes arrivés en vue de la rivière qui coule au fond de la vallée et quelques kilometres plus tard nous sommes arrivés au parking, le tonnerre gronde toujours, mais pas une goutte de pluie.

Au moment où nous sommes rentrés, nous avons décidé de manger à l’extérieur, donc une douche rapide et aller à Nogaro, au Progres où nous avons rencontré quelques amis aussi dans la recherche de la meilleure pizza en ville. C’était une belle soirée douce, donc nous nous sommes assis sous les parasols; bien jusqu’à ce que le tonnerre a commencé à gronder, puis la pluie a commencé, suivie par la grêle et le vent, déchirer les parapluies et les jeter dans la rue. Nous nous sommes rapidement passés à l’intérieur, où le bruit de la grêle était si fort qu’on ne pouvait pas vous entendre penser, mais dans les 10 minutes, il avait fini et le soleil brillait à nouveau.

Difficile en partie, oui, mais un jour, je n’aurais pas manqué.

Cake or Death

Each year the “Geant du Tourmalet”, a huge statue of a cyclist, is taken in a lorry to where it will spend the summer, on top of the col du Tourmalet. Over the years it has become something of a cyclists’ pilgrimage to follow the lorry up the mountain, and Nick, along with some other members of our club, joined the other 1500 or so cyclists, starting at Bagnerres de Bigorre for the 30km ride.

Nick had actually spent the previous night at a friend’s near Arreau; he’d have had to set off from here at some ungodly hour of the morning for the start, so he and Ian cycled to the start from Ian’s, another 30km.

Once on the top of the Tourmalet, they were all given a present of a buff, and food is provided for the masses; baguettes, hams, cheeses, fruit, wine, coffee and an array of cakes to die for. Nick sampled as many as he was able, including four pieces of the most magnificent fruit tart.

He stayed the next night at Ian’s too, as the club run on Sunday was in the mountains; 69km over the cols of Azet, Ris and Peyresourde, and  finishing with a picnic on the side of a lake.

As Monday was a bank holiday, there was another club run, this time from Nogaro, bringing Nick’s total distance for the weekend up to an impressive 278km.

Chaque année, le “Géant du Tourmalet”, une immense statue d’un cycliste, est prise dans un camion à l’endroit où elle va passer l’été, sur le dessus du col du Tourmalet. Au fil des années il est devenu quelque chose de pèlerinage des cyclistes de suivre le camion de la montagne, et Nick, avec quelques autres membres de notre club, rejoint les quelque 1500 autres cyclistes, à partir de Bagnerres de Bigorre pour la balade 30 km.

Nick avait  passé la nuit précédente chez un ami près d’Arreau; il aurait dû partir d’ici très tôt la matinée pour le début, donc lui et Ian ont pédalé au départ, un autre 30 km.

Une fois sur le sommet du Tourmalet, ils ont tous reçu un cadeau d’un chamois, et la nourriture est fournie pour les masses; baguettes, jambons, fromages, fruits, vin, café et un éventail de gâteaux superbe. Nick a échantillonné autant qu’il a pu, y compris quatre pièces de plus magnifique tarte au fruit.

Il a passé la nuit prochaine chez Ian aussi, comme la rando du club le dimanche était dans les montagnes; 69 km par les cols d’Azet, Ris et Peyresourde, et en terminant par un pique-nique sur le bord d’un lac.

Comme lundi était un jour férié, il y avait une autre rando du club, cette fois de Nogaro, portant la distance totale de Nick pour le week-end à 278 km; impressionnant.

A magical, musical evening

The concert with Omnes orbis last month

 

There’s an old chapel in Aire sur l’Adour that’s been converted into a gite for pilgrims on the route of St. Jacques de Compostelle; Sophie and Gerard, who own it, have worked non stop for the last few years to transform it from a ruin, vandalised by the local youth, to a beautiful, welcoming gite d’étape. Nellie, who sings in the band, has had the task of restoring and rebuilding the stained glass windows and tiling the bathrooms with original mosaics and her partner Hervé has done a large part of the woodwork.

Last year Sophie and Gerard were able to welcome six guests, but this year they’ve opened the sacristy as a second dormitory, giving them space for a further six pilgrims, but there’s still a lot of work to be done, so Gerard has organised a series of monthly concerts to help raise funds; the first, last month, was Omnes Orbis, a male voice choir in which Hervé sings and which was very well attended. Last night we went to listen to K’y Bam, a two man group that promised a musical trip around the world; we weren’t disappointed.

The two musicians played an amazing array of instruments, from bongo drums to various whistles, trumpet to a hand cranked harmonium, not to mention the dozens of traditional, ethnic instruments whose names I couldn’t even start to guess at, along with state of the art record and replay technology. It was impressive even before we heard the voice of one of the men; a tenor whose range extended beyond the top of a normal female soprano’s; he could do anything with his voice, it was incredible!

There was utter silence from the audience; we were totally swept away as the music took us from the sand dunes of the Sahara to deepest Africa, then across Asia to the mosques of Pakistan; it felt like a ride on a magical, flying carpet.

Nick’s away for the weekend, but I signed up to their mailing list; I’m determined he’ll be able to see them when next they play, I’ve never heard such innovative, original or hauntingly beautiful music. If you’re interested, check out the link below

K’y Bam

Il ya une vieille chapelle à Aire sur l’Adour qui a été transformée en un gîte pour les pèlerins sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle; Sophie et Gérard, qui en sont propriétaires, ont travaillé sans arrêt pendant les quelques dernières années à transformer de ruine, vandalisé par la jeunesse locale, pour un beau, accueillant gîte d’étape. Nellie, qui chante dans la bande, a eu la tâche de restaurer et de reconstruire les vitraux et de faire le carrelage des salles de bains avec mosaïques originales et son partenaire Hervé a fait une grande partie de la menuiserie.

L’an dernier, Sophie et Gérard ont pu accueillir six personnes, mais cette année, ils ont ouvert la sacristie comme une deuxième dortoir, leur donner un espace pour six pèlerins en plus, mais il reste beaucoup de travail à faire, donc Gérard a organisé une série de concerts mensuels pour aider à amasser des fonds; le premier, au mois de mai, était Omnes Orbis, un chœur de voix d’hommes dans lequel Hervé chante et qui a été très bien fréquenté. La soirée dernière, nous sommes allés à écouter K’y Bam, un groupe de deux hommes qui a promis un voyage musical autour du monde; nous n’avons pas été déçus.

Les deux musiciens ont joué un extraordinaire éventail d’instruments, de bongos à divers flutes, d’une trompette à une manivelle harmonium, pour ne pas mentionner les dizaines d’instruments traditionnels, ethniques dont les noms je ne pouvais même pas commencer à deviner, avec la technologie de enregistrement de lecture tout moderne. C’était impressionnant même avant nous avons entendu la voix de l’un des hommes; un ténor dont la gamme étendue au-delà du haut d’une normale soprano fille; il n’y avait rien qu’il ne pouvait pas faire avec sa voix, c’était incroyable!

Il y avait un silence absolu de l’auditoire; nous etions totalement balayés par la musique que nous a transporté des dunes de sable du Sahara à l’Afrique profonde, puis à travers l’Asie vers les mosquées du Pakistan; c’était comme un tour sur un  tapis magique.

Nick est en montagnes ce week-end, mais je me suis inscrit à leur liste de diffusion; je suis déterminé qu’il  les verra quand ils jouent à côté, je n’ai jamais entendu une telle musique innovante, originale ou d’une beauté envoûtante. Si vous êtes intéressé, consultez le lien ci-dessous

Flamenco and filling

There was a Spanish evening in the nearby village of Aignan last weekend; Didier, a member of the cycle club, was dancing with the Flamenco troupe, so a group of cyclists went along. The hall was packed with over 300 people, all eager to eat paella watch the dancing. The evening started with the youngest of the dancers; the smallest must have been all of 4 years old, all dressed up in flamenco dresses in an array of colours, bright pinks, oranges, greens and blues. Next came the teenagers, to be joined by the adults, all magnificently dressed and looking very Spanish as they strutted their stuff, accompanied by a live Spanish band. Didier didn’t dance until the second half of the evening, looking very much the part with his swarthy skin and dark, curly hair; there were a few comments from some of the men in our group, being of the more typical French variety, but Didier was man enough to shrug them off – who says dancing’s for girls?!

Monday was back to reality and more joint filling; Kieran joined us for a day, so he and Nick did some filling of the high ceiling bits as I don’t like going up the scaffolding if I can avoid it. They got quite a long way; we’re beginning to see the light at the end of the filling tunnel.

I had visions of my first project in my new sewing room being making a new dress or doing some patchwork, but no, it wasn’t to be. Nick decided the water storage tank need a cover to prevent it growing algae, so we raided the garage to find the appropriate materials; a length of roof lining and a mucky old tarpaulin. It took me all day to make the cover, having to piece some parts of it when I found that the mice had eaten the end 50cm of the tarpaulin. Pins bent as I tried to push them into the layers of fabric and my thumbs felt punctured, but at last it was done and in place. Next time the summer dress?

Il y avait une soirée espagnole dans le village voisin d’Aignan week-end dernier; Didier, un membre du club de vélo, danse avec la troupe de flamenco, donc un groupe de cyclistes est allé le voir. La salle était remplie de plus de 300 personnes, tous désireux de manger la paella et regarder la danse. La soirée a débuté avec le plus jeune des danseurs; la plus petite doit avoir été tout de 4 ans, tout habillés dans des robes de flamenco dans une gamme de couleurs, des roses lumineux, oranges, verts et bleus. Viennent ensuite les adolescents, d’être rejoints par les adultes, tous magnifiquement vêtus et avec un air très espagnol, accompagnés par un groupe musical espagnol. Didier ne dansait pas avant la deuxième moitié de la soirée, il avait le look avec ses cheveux noirs et bouclés; il y avait quelques commentaires de certains des hommes de notre groupe, étant de la variété française plus typique, mais Didier était assez homme pour trouver la faille – qui dit que la danse n’est pour que les filles!

Lundi était de retour à la réalité et plus remplissage des joints; Kieran nous a rejoint pour une journée, afin que lui et Nick fait un peu remplissage des parties hautes de plafond ou je n’aime pas aller à l’échafaudage si je peux l’éviter. Ils ont beaucoup fait; nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel de remplissage.

J’ai eu des visions de mon premier projet dans ma nouvelle salle de couture serait de faire une nouvelle robe ou du patchwork, mais non, ce n’était pas d’être. Nick a décidé le réservoir de stockage d’eau a besoin d’un couvercle pour empêcher la croissance des algues, nous sommes allés au garage pour trouver les matériaux appropriés; une longueur de revêtement de toit et une vieille bâche boueux. Il m’a fallu toute la journée pour faire la couverture, d’avoir à reconstituer certaines parties de celui-ci quand j’ai découvert que les souris avaient mangé le 50cm de la fin de la bâche. Des épingles ont tordu comme j’ai essayé de les pousser dans les couches de tissu et mes pouces se sentaient crevé, mais à la fin il a été fait et en place. La prochaine fois, la robe d’été peut-etre?

And the hip bone’s connected to the thigh bone……..

Isn’t it always the case, that you want to do just one small job, but it ends up cascading into an unforeseen number of other, usually bigger, jobs.

Now that Kieran has left, it seemed a good idea to decorate his room before Alex and Izzy arrive for the summer, a task that’s needed doing since he and Nick insulated the outer wall 18 months ago. We cleared out and boxed up most of what was left, but need to move the book case that takes up most of one wall. It would fit beautifully on the wall of the corridor outside the bathroom, except that’s where the computer lived. So we’d have to rehouse that first. The ideal place, temporarily speaking, seemed to be the space that will one day become the “family guest room”. However, that was full of clothes, futon, travel bags, new kitchen cabinets, boxes of fabric and house contents that we’re storing for friends. In addition to that, while the builders were doing the roof, part of the chipboard flooring was damaged and couldn’t be walked on.

So we cleared part of the space, enough to house the PC, and Nick put down a wooden floor and installed plugs and lighting; we now have a workable office space. Such luxuries as walls and a ceiling will come later, once we’ve moved the book case, decorated Kieran’s room and finished the rest of the house – not next week, then!

N’est-ce pas toujours le cas, que vous voulez faire juste un petit emploi, mais il finit en cascade dans un nombre imprévu d’autres, généralement plus grandes, taches.

Maintenant que Kieran a quitté notre maison, il semblait une bonne idée de décorer sa chambre avant Alex et Izzy arrivent pour l’été, une tâche qu’il nous faut faire depuis  lui et Nick ont isolée le mur extérieure il ya 18 mois. Nous avons trié  la plupart  de ce qui restait, mais nous devons bouger les etageres de livres qui prend la plupart d’un mur. Il s’accorde  au mur du couloir dehors de la salle de bains, sauf que c’est là où l’ordinateur a vécu. Alors, nous devons reloger cette première. L’endroit idéal, parlant temporairement, semblait être l’espace qui sera un jour la “chambre familiale”. Cependant, c’était plein de vêtements, futon, sacs de voyage, de nouvelles armoires de cuisine, boîtes de tissu et les contenus de la maison de quelques amis. En plus de cela, alors que les constructeurs faisaient le toit, une partie du plancher de panneaux de particules a été endommagé et n’a pas pu être piétiné.

Donc, nous avons dégagé une partie de l’espace, assez pour abriter le PC, et Nick a posé un plancher en bois et a installé les prises et l’éclairage; nous avons maintenant un espace de bureau pratique. Ces objets de luxe comme des murs et un plafond arriveront plus tard, une fois que nous avons déménagé le cas du livre, décoré la chambre de Kieran et terminé le reste de la maison – pas la semaine prochaine, alors!